top of page

️Les Fuites Secrètes de Méthane

Dernière mise à jour : 6 janv.

Un secret de polichinelle perdure dans l'industrie pétrolière et gazière et alimente la crise climatique.

Des fuites massives de méthane, connues sous le nom de "super-émissions", se sont produites dans des champs pétroliers et gaziers du monde entier, des États-Unis au Turkménistan. Ces fuites, dont la plupart sont dues à des défaillances des équipements, peuvent durer des semaines. L'une d'entre elles, survenue à l'extérieur d'une installation de stockage à Los Angeles en 2015, a provoqué une hémorragie de près de 100 000 tonnes de méthane, un puissant gaz à effet de serre, dans l'atmosphère en l'espace de quatre mois.

En juin, des chercheurs de l'université polytechnique de Valence, en Espagne, ont déclaré avoir découvert le dernier super-émetteur connu sur une plateforme pétrolière et gazière du golfe du Mexique. L'installation a rejeté 40 000 tonnes de méthane pendant une période de 17 jours en décembre 2021, soit l'équivalent de 3 % des émissions annuelles de pétrole et de gaz du Mexique.

Les chercheurs ont déclaré que le rejet aurait pu complètement ignoré du grand public s'il n'avait pas été capté par un satellite de l'Agence spatiale européenne.

Bien que le rejet ait été détecté, il reste difficile de retracer les émissions de méthane, qui est incolore, inodore et responsable de plus de 25 % du réchauffement climatique que connaît la Terre aujourd'hui.

En raison de sa structure, le méthane piège plus de chaleur dans l'atmosphère par molécule que le dioxyde de carbone (CO2), ce qui le rend 80 fois plus nocif que le CO2 pendant les 20 ans qui suivent son rejet dans l'atmosphère.

À l'heure où les pays élaborent des plans visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre et à éviter les pires effets du changement climatique, les experts estiment qu'il est essentiel de mieux maîtriser la quantité de méthane libérée dans l'atmosphère, y compris par les phénomènes de super-émission. Une réduction de 45 % du méthane d'origine humaine au cours de cette décennie permettrait de maintenir le réchauffement en dessous du seuil fixé par l'accord de Paris.

Le grand défi est de savoir exactement quelle quantité [de méthane] est émise, où elle est émise et pendant combien de temps.

Manfredi Caltagirone, PNUE Une nouvelle base de données sur le méthane Pour suivre et mesurer les émissions de méthane, le Programme des Nations unies pour l'environnement a lancé en octobre 2021 l'Observatoire international des émissions de méthane. Il répertorie les rejets du secteur des combustibles fossiles, et bientôt aussi les rejets des déchets et de l'agriculture.

Les industries pétrolières et gazières sont les principaux producteurs de méthane, émettant ce gaz lors du forage, de la production et d'autres parties de leurs opérations. Le méthane est aussi parfois rejeté intentionnellement par les installations pétrolières et gazières pour des raisons de sécurité.

Le secteur agricole est également un grand émetteur de méthane, notamment en raison de l'élevage et de la culture de certains aliments, comme le riz. Les déchets sont la troisième source de méthane d'origine humaine la plus courante, car les bactéries décomposent les matières organiques dans les décharges.

L'IMEO vise à créer une base de données publique sur les émissions de méthane vérifiées de manière empirique. À l'heure actuelle, les pays s'appuient souvent sur des estimations, qui peuvent parfois être inférieures de plusieurs magnitudes aux niveaux d'émissions réels.

"Une image plus précise des émissions de méthane donne aux gouvernements et aux entreprises les informations dont ils ont besoin pour agir en toute confiance", a déclaré Mark Radka, chef de la branche énergie et climat du PNUE. "Cela est vrai tant pour les bonnes politiques que pour les bonnes pratiques de gestion."

Mesurer le méthane

Un chercheur du Centre agricole de Baden-Württemberg, en Allemagne, tient un détecteur qui mesure les émissions de méthane dans l'air expiré des vaches. "Le grand défi est de savoir exactement quelle quantité [de méthane] est émise, où il est émis et depuis combien de temps pour pouvoir réduire les émissions au niveau nécessaire", a déclaré Manfredi Caltagirone, responsable de l'Observatoire international des émissions de méthane.

La meilleure façon de mesurer les émissions de méthane est de combiner les connaissances opérationnelles et l'utilisation de technologies de quantification du méthane, de drones et d'avions équipés de capteurs.

Les satellites sont également un moyen efficace de détecter et de mesurer les émissions importantes de méthane. Bien que l'utilisation des satellites ne soit pas toujours pratique, les relevés de méthane pouvant être masqués par les conditions ambiantes telles que la couverture nuageuse, les forêts denses ou la couverture neigeuse, ils sont particulièrement utiles pour détecter et quantifier les événements de super-émission comme celui du Golfe du Mexique. (Selon les chercheurs, il semble que la fuite massive ait été très probablement causée par un dysfonctionnement de l'équipement).

En fait, l'équipe de scientifiques qui a découvert le phénomène de super-émission dans le golfe du Mexique est en train d'étendre ses travaux aux sites de production de pétrole et de gaz offshore dans d'autres parties du monde.

Si les inventaires actuels des émissions de méthane posent problème, en valent-ils la peine ? Pour Giulia Ferrini, responsable de la gestion des programmes au PNUE, la réponse est un oui catégorique, à condition de modifier quelque peu l'approche.

Selon elle, la tenue d'inventaires précis et transparents est essentielle pour éviter le changement climatique. Caltagirone et Ferrini estiment que les inventaires de méthane spécifiques à un site, ou au niveau des actifs, basés sur des mesures, sont un élément essentiel de l'atténuation, car l'Accord de Paris repose sur la transparence et la responsabilité.

La collecte de ces données au niveau des actifs fournit les informations nécessaires à ceux qui ont le pouvoir de réduire les émissions.

Les émissions de méthane sont à l'origine du changement climatique. Voici comment les réduire.

Un nouvel engagement mondial en faveur du méthane vise à lutter contre le changement climatique.

Le partenariat 2.0 de l'IMEO sur le méthane dans l'industrie pétrolière et gazière est un engagement volontaire des entreprises à mesurer et à déclarer leurs émissions de méthane provenant de sources telles que les pipelines, les réservoirs de stockage et les plateformes pétrolières offshore. Cela leur permet d'obtenir de meilleures données sur lesquelles agir et de concentrer les efforts d'atténuation sur leurs sites les plus polluants. Les données IMEO permettront également de suivre les progrès réalisés dans le cadre de l'engagement mondial en faveur du méthane. Cette initiative rassemble plus de 100 pays qui se sont engagés à réduire leurs émissions collectives de méthane de 30 % d'ici à 2030.

S'il est essentiel de mesurer les émissions courantes de méthane tout au long de la chaîne d'approvisionnement, qu'en est-il des événements super-émetteurs qui passent souvent inaperçus ? Quelle est la fréquence des grandes fuites, comme celle qui s'est produite dans le golfe du Mexique, et peut-on les prévenir ?

"Le moyen de repérer toutes les émissions, petites et grandes, est de disposer de bons régimes de surveillance", a déclaré Mark Radka. "Jusqu'à récemment, nous ne disposions pas des outils nécessaires pour surveiller les émissions de méthane de manière indépendante. Les satellites sont désormais capables de repérer les grandes émissions, et ils deviennent plus précis, avec une meilleure résolution, mais ils ne repèrent pas les petites émissions. Nous devons replacer ces grandes sources dans le contexte des émissions globales, où de nombreuses petites émissions peuvent être tout aussi dommageables."

Avec la flambée des prix du pétrole, les nouveaux investissements dans les combustibles fossiles pourraient être désastreux, affirme un expert du PNUE Ucrania

️Le saviez-vous ? Seules 12% des villes disposent de mesures de la qualité de l'air conformes aux normes PNUE

SOURCE: © PNUE / Le Programme des Nations unies pour l'environnement

3 vues0 commentaire
bottom of page